Bilan culture par culture saison 2016

P1 et P6 : La luzerne culture indispensable ?

Un printemps historiquement pluvieux dans le nord de la France a maintenu des conditions d’interventions très difficiles sur les parcelles sur l’ensemble de la période. Une première  fauche des deux parcelles de Luzerne a malgré tout pu avoir lieu début Juin. Les bonnes conditions climatiques cet été ont favorisé des reprises rapides de végétation permettant une deuxième fauche à la fin du mois de juillet et une troisième début Septembre. Les reprises rapides de la luzerne après les premières et deuxièmes fauches ont permis de réduire le salissement de manière très importante. La luzerne (bien implantée) bénéficie d’un système racinaire à la fois profond et formant des réserves, elle peut alors et grâces aux fauches, jouer son rôle de couvert concurrentiel l’été vis-à-vis des adventices. Dans un système de culture sans pesticide tel que Sca0pest la prairie de luzerne s’impose dans la succession comme un levier indispensable dans la gestion du salissement. Pour la parcelle P1 : la question principale demeure la destruction de cette luzerne si bien implantée avant l’arrivée du blé à l’automne. Le labour semble indispensable…

Parcelle P6

P2 et P4 : Les blés touchés aux épis

Les deux blés tendres d’hiver présents sur les parcelles cette année après leur implantation réussi à l’automne, un développement important tout l’hiver, des interventions de binages efficaces pour réduire les adventices au début du printemps, une résistance à la rouille jaune et une limitation de la septoriose se sont trouvés touchés au printemps de manière importante par la fusariose au niveau des épis. Les mois de Mai et Juin catastrophiques dans toute la France ayant par ailleurs limité très fortement la fécondation et le remplissage des grains, les rendements ont été fortement impactés. Ces derniers demeurent dans la moyenne supérieure des exploitations AB en Picardie.

Parcelle P4

P3 : Pas de levée du tournesol

Implanté au semoir monograine à la mi-Mai dans un couvert de luzerne semé une semaine plus tôt le tournesol n’a malheureusement pratiquement pas levé. Seuls quelques pieds sont visibles dans une luzerne très bien implantée quant à elle. Une année sans tournesol, la faute à qui ? Corbeaux, limaces, mauvaises conditions d’implantation ? Le mystère demeure quand le principal suspect reste les limaces noires et grises capables de suivre le sillon pour dévorer les graines les unes après les autres. L’absence de tournesol a permis de tester une forme d’écimage des adventices au-dessus du couvert de luzerne. Avec deux passages au cours de l’été, cette technique semble avoir d’une part empêché la montée à graine d’un grand nombre d’adventices et d’autre part donné l’avantage à la luzerne.

Parcelle P3

P5 : Un salissement de l’orge visuellement impressionnant

L’orge de printemps présent sur la parcelle P5 s’est retrouvée après une forte présence de vulpin lié à l’historique de la parcelle, envahi d’agrostis jouets du vent favorisé par l’hiver doux et le non labour de la parcelle. Le rendement limité à l’instar des blés cette année a pu en partie être impacté par la concurrence de cette graminée estivale mais reste surtout lié aux conditions climatiques désastreuses à la sortie du printemps.

Parcelle P5

Publicités
Cet article a été publié dans Les news !. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s